top of page

LA GRANDE MOTTE

BALADE SUR LA PROMENADE DES VENTS


AU COEUR DU CENTRE-VILLE, LA PROMENADE DES VENTS EST L’UN DES SYMBOLES DE LA

GRANDE MOTTE. O SOLEIL VOUS EMMÈNE EN BALADE DANS CET ESPACE NATUREL PRÉSERVÉ,

PARSEMÉ DE MONUMENTS DÉDIÉS À ÉOLE ET SES DISCIPLES.


« Il était juste que les vents aient un parc qui leur soit dédié, manière comme une autre de les narguer. » Comme le raconte Jean Balladur, architecte, fondateur de la Grande Motte, la Promenade des Vents est une balade philosophique. « Il a fallu lutter contre ces vents, explique William Serva, agent en charge du patrimoine. Sans cela, la vie à la Grande Motte aurait été impossible. » À défaut d’arrêter les seize courants d’air qui balayent la ville, Jean Balladur imagine de les filtrer, pour les ralentir. D’où ces grandes pyramides installées en quinconce. « Elles jouent le rôle de peigne de béton, protégeant la ville des vents et des embruns. » La promenade est l’un des nombreux espaces naturels apportant de la fraîcheur en ville. « La Grande Motte est une des premières villes bioclimatiques au monde, avec 70 % d’espaces verts. » En partant de la Mairie, on plonge dans les grands pins et le chant des oiseaux. Jusqu’au Point-Zéro, la promenade offre un petit kilomètre d’herbes folles, pins parasols, peupliers d’Italie et lauriers. « Ce large fleuve d’ombres et de lumières irrigue tout le coeur de la Grande Motte », résumait Jean Balladur. Il paraît qu’elle reprend le tracé du Canal-Viel, par lequel Saint-Louis passait pour rejoindre la Méditerranée. Très vite, trois murets incurvés nous interpellent : « Les Tramontanes ». L’un des monuments aux Vents pensés par Jean Balladur et ses assistants, Pierre-Guillaume Dezeuze et Paul Gineste. « Ils sont orientés dans les axes des tramontanes. En fonction du jour où elles soufflent, il y a toujours un endroit où vous êtes à l’abri. » Quelques pas plus tard, une grande flèche s’élance : le Narbonnais. À droite, on devine l’hôtel Quetzal, sur lequel le soleil dessine des écailles de serpent. La balade se poursuit par le Labech, « petit labyrinthe autour d’un arbre, car c’est un vent tourbillonnant ». Les enfants l’ont toujours appelé « le gruyère », à cause de ce grand mur parsemé de trous. En levant le regard vers l’ouest, on découvre la tour Isis Europa qui trône avec ses loggias bleues. « Par ciel dégagé, elles se marient avec le ciel. On a l’impression que l’immeuble est suspendu dans les airs ! » La dernière oeuvre, hommage aux vents marins, est recouverte d’empreintes d’outils, mains, pas… « C’est un monument à la gloire des bâtisseurs, qui ont tant donné pour la ville. » Nous nous retrouvons face à une dune. C’est la véritable Grande Motte, d’où la ville tire son nom. Derrière, c’est la plage et le Point-Zéro, immense place où tout a commencé. La température a gagné quelques degrés. On regrette presque ce poumon vert au coeur de la ville. Un havre de paix dont on ne se lasse pas, été comme hiver.


LA GRANDE MOTTE


Office de Tourisme

Tél. 04 67 56 42 00


Ville

Tél. 04 67 29 03 03

bottom of page